16/09/2016

Les aventuriers du potager : la joie des récoltes

Après la magie des semis (quand ils lèvent), voilà, après beaucoup de soins et de patience, le temps béni des récoltes !

Les semis du printemps (à lire ici) ont plus ou  moins bien fonctionné une fois repiqués en pleine terre. La dizaine de plans de melon qui me faisait rêver d'une récolte record ont été rasés par une colonie de voraces limaces.

Les coquerets du Pérou (physalis ou amour en cage) n'ont toujours pas de fleur, donc encore moins de fructification.

En revanche, l'agastache à la saveur de menthe mâtinée de réglisse s'est révélée presque envahissante. Et très décorative avec ses épis bleus qui attirent les abeilles.

Idem pour les potirons Rouge vif d'Etampes, qui n'attendent plus que Cendrillon pour se transformer en soupes et gratins !

Les pâtissons ont donné toute satisfaction. Des comme ça, on n'en trouve pas facilement dans le commerce. Récoltés jeunes, les graines ne sont pas encore formées et la peau fine ne s'épluche pas. Ils se dégustent tout simplement à la vapeur pour profiter de leur petit goût d'artichaut.
 
On comprend pourquoi on appelle ces légumes "bonnet d'évêque". Pour ceux qui en ont déjà vu un...


Les tomates cerise black cherry ont survécu à la sécheresse et au mildiou. Encore un petit effort et elles seront mangées !

L'unique pied de courgettes produit un à deux fruits par jour. Heureusement qu'une seule graine a poussé. Circonférence : près de deux mètres, et c'est une variété dite "non coureuse" donc supposée d'emprise compacte !


Ce plan de poivron est un rescapé de l'an dernier. Germé en septembre 2016, il n'a pas eu le temps de fructifier avant les gelées nocturnes d'octobre. Je l'ai donc mis en pot à l'intérieur tout l'hiver, pour le replanter en mai 2017. Je suis têtue parfois.

L'artichaut a continué sa maturation pendant nos vacances, nous rappelant que ce légume est en fait le bouton d'une magnifique fleur !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire